Le régionalisme selon Chesnais-Girard : un hollandisme à la mode bretonne

Publié le samedi 22 mai 2021.



Breizh Europa IMG_1283 - Copiepetit

Loïg Chesnais-Girard a présenté le pôle régionaliste de sa liste et nous y retrouvons sans grande surprise des compagnons de route de longue date du PS local, certains ayant déjà fait partie de la majorité régionale.

Le candidat du PS promet cependant d’accélérer les dossiers de la réunification ou encore de la sauvegarde des langues bretonnes, évoque une bienvenue émancipation régionale… Mais Loïg Chesnais-Girard est lui-même membre de la majorité régionale depuis deux mandatures et que s’est-il passé entre autres sujets pour la réunification ? Rien. N’oublions pas également que Jean-Yves Le Drian, qui lui a « confié » la présidence de la Région en 2017, n’avait rien fait pour la réunification de la Bretagne en 2016, alors qu’il était ministre d’État lors du redécoupage ubuesque des régions sous le gouvernement socialiste de François Hollande. Ajoutons que les maires PS de Nantes, Rennes et Brest sont de farouches adversaires de cette réunification. Et il faudrait encore croire aux promesses ?
HissonsPetit

Hissons Haut La Bretagne, liste portée par la Droite, le Centre et les Régionalistes, a présenté sa liste complète le 1er mai, sans avoir eu recours à cet interminable égrenage des candidats dans la presse, une manière d’occuper le terrain de la communication en l’absence de programme réellement novateur. Mais les Bretons veulent du concret et pas seulement des opérations de communication !

La présence de membres de Breizh Europa, telle Caroline Ollivro (N°4 en 22), conseillère municipale à Paimpol, ou d’En Avant Bretagne avec Jean-Jacques Page (N°7 en 56), conseiller municipal à Vannes, délégué à la culture et à la langue bretonne, indique le cap en la matière. Rappelons également l’engagement jamais démenti du député Marc Le Fur, tête de liste en 22, pour les langues de Bretagne et les nombreux autres locuteurs bretons présents sur la liste, tels Suzanne Noll en 29, Hervé Guélou maire de Plufur ou encore Arnaud Le Breton, enseignant d’Histoire-Géographie en breton à Guingamp.
SevelBihan

Hissons Haut la Bretagne/ Sevel Uhel Breizh a pris des engagements fermes sur la question des langues de Bretagne en répondant aux questions de 40 associations concernées. Isabelle Le Callennec compte s’inspirer dans ce domaine de ce qui se passe en Alsace, où elle et Marc Le Fur se sont rendus avant la début de la campagne, pour donner à la région Bretagne la compétence en langues régionales qui est maintenant l’apanage de la Communauté Européenne d’Alsace.
En finir avec les effets d’annonce, les vœux pieux et l’immobilisme, ce hollandisme à la mode bretonne que le candidat du PS nous propose, voilà un de nos objectifs.

La liste Hissons Haut La Bretagne/ Sevel Uhel Breizh agira pour le bien-être des Bretonnes et des Bretons, pour la Région, son identité, sans attendre et sans concessions.

Vincent Fraval, Secrétaire Général de Breizh Europa

Michael Le Bohec, En Avant Bretagne

Article sur Agence Bretagne Presse

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette