La réforme institutionnelle de la France : Une impérieuse nécessité !

Publié le mercredi 21 mars 2007.

Le système centralisé concentre les richesses au centre, au détriment des "provinces" (pro vincia" = pays vaincus).

Le pouvoir régional doit être renforcé partout, de manière différencié pour tenir compte des réalités, des spécificités mais aussi des faiblesses locales.


Faciliter l’expression des citoyens en prenant en compte les initiatives de démocratie locale, et en encourageant la démocratie participative (associations, conseils de jeunes et de quartier)

Rendre possible la proposition de « loi d’initiative citoyenne » (LIC). Une loi proposée par au moins 300.000 citoyens devra obligatoirement être examinée par l’Assemblée nationale

Limiter strictement le cumul des mandats et le nombre de mandats consécutifs.

Sanctionner financièrement l’absentéisme parlementaire

Mettre en place un vrai statut de l’élu, permettant enfin à chacun, quelle que soit sa profession ou son activité, d’accéder à des fonctions électives

Reconnaître le vote blanc en tant que suffrage exprimé

Lutter contre l’abstention, notamment des jeunes, par des campagnes de sensibilisation

Restaurer le rôle de l’Assemblée nationale qui est devenue, sous la Vème République, une simple chambre d’enregistrement des décisions gouvernementales. L’Assemblée Nationale doit avoir la maîtrise de la moitié de son ordre du jour

Supprimer l’article 49-3 de la Constitution, qui permet de faire passer des lois en force, sans débat, ni vote ; en contrepartie, limiter le nombre d’amendements possibles pour éviter les manœuvres d’obstruction.

Élire les députés de la même manière que les conseillers régionaux, sur une base régionale.

Supprimer l’Ena qui est au centre du système technocratique et assure la mainmise d’une caste parisienne sur le fonctionnement de l’Etat (plus de 90% des sortants de l’Ena sont nés à Paris).

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette