Guy Verhofstadt taille J-L Mélenchon et H. Guaino sur France 2

Publié le mardi 18 novembre 2014.

Le 17 novembre 2014, lors d’un débat dans l’émission "mots croisés", l’intervention de Guy Verhofstadt, président centriste de l’ADLE (alliance des démocrates et des libéraux) au parlement européen, a recadré les tenants des politiques étatistes.

Guy Verhofstadt nous a offert une belle respiration politique et démocratique, dans un plaidoyer pragmatique et sans langue de bois sur les "faux discours" autour de l’Union Européenne (UE).

L’UE est en "déclin géopolitique et en désastre économique", quand les USA ont 3% de croissance.

Le seul niveau pertinent pour une politique d’investissement, accompagnée d’un pacte de stabilité et d’une discipline budgétaire, c’est le niveau européen. Les Etats-nations sont incapables d’investir dans la mesure où ils sont tous endettés (600% de dette publique pour la France...).

L’investissement européen doit privilégier les secteurs d’avenir (les énergies, le digital, les télécoms...) et en faire de véritables marchés intérieurs européens. Aujourd’hui, il y a 28 marchés parcellaires en UE quand le monde se globalise, c’est ridicule !

Avec une monnaie unique, l’euro, il faut une intégration politique dans les domaines économiques, sécuritaires, sociaux, fiscaux, ...

Pour l’instant rien n’a été essayé en Europe, les élites des Etats-nations sont responsables et ce sont les travailleurs et les entreprises qui paient le prix de l’absence d’unification des marché et des politiques.

Le discours de G. Verhofstadt est celui du parti fédéraliste européen, dans l’optique d’une Union Européenne forte qui protège ses citoyens.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette