L’identité, un facteur d’épanouissement

Publié le dimanche 12 octobre 2014.

Régulièrement, dans les médias, des interviews de personnalités nous mettent en garde sur les risques liés à "l’identité" ou au "repli identitaire". L’identité serait facteur de rejet, de refus de l’altérité... Nathalie Appéré, maire de Rennes/Roazhon, est gênée par une approche identitaire et culturelle... Et rejette la réunification de la Bretagne.

Alors prenons Mme Appéré au mot et refusons toute approche identitaire et culturelle.

Envisageons donc une géopolitique française dénuée d’identité et de culture. La construction de la France n’est donc ni identitaire, ni culturelle. En ce sens, la France ne souhaite pas imposer ou préserver une culture spécifique qui serait trop "identitaire", mais préfère être le reflet des multiples cultures des peuples et de tous ceux qui composent la République Française. C’est en effet, ce que nous constatons au quotidien, d’ailleurs la France a renoncé facilement au concept trop identitaire "d’exception culturelle"...

La culture française n’a donc pas de spécificité, et nul doute que pour Mme Appéré, la langue française, trop culturellement marquée, ne saurait être défendue, la France en ce sens ne soutenant plus le concept de "francophonie". La langue française n’est d’ailleurs plus imposée constitutionnellement, en tant que langue unique, au sein de frontières "identitairement" fermées dans un Etat nommé "France", dans le cadre de l’Union Européenne. Ce qui ouvre la perspective d’une Union Européenne fédérale.

Nous le voyons, pour Mme Appéré, l’idéal, c’est une construction artificielle, regroupant des gens sans racines, n’ayant aucun mode de fonctionnement commun, au service d’élus prêts à les formater par de superbes campagnes de propagande...

Ce nouveau monde enthousiasmant ne s’appellerait-il pas la Pédélie ? Le modèle parfait d’un monde sans culture, ni identité.

Soyons donc de nulle part pour éviter de déranger et fusionnons avec n’importe qui et n’importe quoi, de toute façon, l’avenir n’a ni sens, ni essence...

Bretons et Alsaciens, même engagement contre la technocratie nihiliste...

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette