L’intégration européenne : Un véritable enjeu politique !

Publié le jeudi 1er mai 2014.

Créer un espace public européen, la question se pose à l’approche des élections européennes de 2014. Le vrai clivage se situe, désormais, entre les pro-européens et les eurosceptiques, voir europhobes. Il y a urgence à structurer un espace politique européen qui dépasse les frontières.

Selon l’article 191 du traité de Nice : « Les partis politiques au niveau européens sont importants en tant que facteurs d’intégration au sein de l’Union. Ils contribuent à la formation d’une conscience et à l’expression de la volonté politique des citoyens au niveau européen. »

Les partis politiques "transnationaux" n’ont à ce jour pas de statut "propre". Seuls sont reconnus par l’Union Européenne, les fédérations de partis nationaux, qui ont des députés européens.

L’avenir est pourtant à la mise sur pied de partis politiques qui dépassent les contingences nationales, voire nationalistes.

La vision "stato-centrée" qui prévaut aujourd’hui en Europe est un frein à la constitution d’une Europe protectrice, en capacité de devenir une puissance mondiale de 500 millions de citoyens.

La création d’un véritable Etat fédéral européen est une ambition de paix, de protection sociale, de politique étrangère influente, de gestion des migrations et de protection des frontières, de dynamisme économique.

Le Parti Fédéraliste Européen (PFE) s’engage pour faire de l’Union Européenne, un véritable Etat fédéral.

Un président fédéral élu au suffrage universel, une constitution fédérale à la place des multiples traités, un gouvernement fédéral , un renforcement des pouvoirs du parlement européen, une armée européenne...

La mise en oeuvre du principe de "subsidiarité", symbole d’une intégration démocratique, implique la poursuite de la décentralisation et la promotion d’une "Europe des régions".

Répondre à cet article