Jeanne d’Arc est étrangère à la Bretagne.

Publié le samedi 7 janvier 2012.

Jeanne d’Arc est à la mode électoraliste. Que représente donc ce mythe français pour la Bretagne ? Rien, en 1431, lorsque Jeanne d’Arc meurt sur le bûcher à Rouen, la Bretagne n’est pas encore annexée par le royaume de France.

C’est Jeanne de Flandres (1295-1374), surnommée Jeanne la flamme, épouse de Jean de Montfort, qui en Bretagne, peu de temps avant la "pucelle d’Orléans", avait vaincu le parti français en 1342, à Henbont, avec le soutien de 2000 archers anglais...

"Oublier, c’est trahir"... L’histoire doit être respectée dans toutes ses dimensions et non mise au service d’une idéologie nationaliste...


"Le culte de Jeanne d’Arc a été inventé pour faire des petits paysans bretons, normands, basques, etc., qui ne parlaient pas la langue de Molière, de bons Français. Jeanne d’Arc devenait la fédératrice des Français, Jeanne d’Arc unissait. A l’heure où la France n’a plus son rang, où elle fait face à une crise identitaire, se référer à Jeanne d’Arc permet de rester dans la course." Christian Amalvi. Historien. Auteur de "Les héros des Français. Controverse autour de la mémoire nationale" (2011, Editions Historique Larousse).

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette