Rentrée scolaire 2009 : Incapacité de l’Etat, la Bretagne doit prendre la main.

Publié le dimanche 6 septembre 2009.

Absence de dialogue, non respect des règles et des engagements, abandon de la filière bilingue, voilà les trois faits marquants de la rentrée scolaire dans le primaire.

Dans plusieurs écoles, des classes ont été de fait supprimées ou diminuées la veille de la rentrée, en dehors des règles classiques de concertation avec les maires et les parents.

Situation d’autant plus inadmissible que nous savons que le même jour une cinquantaine d’enseignants se trouvaient sans affectation.

D’un coté on ferme des classes, de l’autre des professeurs sont disponibles, cherchez la logique…

Pour la filière bilingue publique, l’Etat avait pris des engagements en juin 2009 pour conforter certains sites. Mais ce n’est qu’à deux jours de la rentrée qu’il a entamé dans la panique des recrutements d’enseignants là où les postes sont vacants.

Résultat : le jour de la rentrée, 5 écoles du Morbihan attendaient encore un enseignant bilingue breton-francais à Gourin, Lorient, Mauron, Pont-Scorff et Quéven.

Trois autres écoles étaient contraintes à du bricolage pour faire face à des engagements non tenus. Si on ajoute à cela les nombreux suppléants en contrats précaires, ce sont 16 enseignants titulaires, à temps plein ou temps partiel, qui manquent dans le Morbihan du fait de l’absence d’anticipation et de la mauvaise volonté flagrante de l’Inspection d’académie.

Il est clair que le bilinguisme, qui mobilise un nombre sans cesse croissant de parents en Bretagne, ne fait pas partie des priorités de l’appareil d’Etat, et qu’il ne sait pas s’en occuper.

Il est d’ailleurs frappant de constater que ce dossier a été passé sous silence lors des conférence de presse de rentrée de Mr Couturaud, Inspecteur du Morbihan, et du Recteur à Rennes.

La négligence est affichée ouvertement.

La fédération du Morbihan de l’UDB (Union Démocratique Bretonne) mobilise donc ses militants pour contribuer à réparer cette injustice le plus vite possible et constate que pour éviter cette situation ubuesque à l’avenir, il est temps que l’Etat se décharge de la gestion de la filière bilingue qu’il ne sait pas assumer, pour la confier à la Région Bretagne, afin que les élus puissent enfin accompagner l’essor de la demande parentale.

Il faut en effet constater que la seule bonne note de la rentrée est due à la mise en réseau des acteurs associatifs et des élus pour l’ouverture réussie de la nouvelle école Diwan de Riantec.

Démonstration que les acteurs bretons sont plus efficaces qu’un appareil d’Etat dépassé par les évènements.

Pour le bureau fédéral Jean-jacques PAGE et Yann SYZ

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette