Sondage en dérive ou le paradoxe de l’âne de Buridan.

Publié le mercredi 11 mars 2009.

Pour mieux comprendre l’ineptie du sondage relatif à la restructuration de "l’ouest de la France", voici une démonstration ludique.

Il était une fois un choix présenté à des personnes qui ont faim ("la crise").

Que préférez-vous ?

- Ne rien manger ("statu quo" = on ne change rien)
- Manger une galette saucisse ("réunification" de la Bretagne)
- Manger une pomme (fusion PDL-BZH)
- Manger une part de tarte (fusion PDL-BZH-Normandie)

Au regard des résultats, 32% des personnes intérrogées demandent une galette saucisse, le sondeur considère donc que seule une minorité souhaite une galette saucisse...

Il est probable que si le sondeur avait proposé, en plus, un choix pour une banane, ou une tablette de chocolat, certains de ceux qui ont choisi la "galette saucisse" auraient préféré manger l’un de ces deux produits...

Doit-on en conclure que ceux qui ont choisi la pomme ou la tarte, ne mangeraient pas de galette saucisse ?

Il est probable qu’ils choisiraient de manger plutôt que de "ne rien manger"...

Par ailleurs, dans ce genre de problématique, il est toujours des gens qui ne savent pas choisir.

Doit-on conclure qu’une personne hésitante, qui ne choisit aucune des propositions souhaite "ne rien manger" ?

Quand on a faim, on peut hésiter, mais l’on finit toujours par manger, et la galette saucisse, c’est quand même plus nourissant qu’une pomme ou qu’une part de tarte....

Mais il est vrai que l’âne de Buridan est mort de soif et de faim entre son seau d’eau et son picotin d’avoine faute de choisir par quoi commencer...

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette