Conseil régional : Intervention de l’UDB sur l’Etablissement Public Foncier Régional (plénière d’oct. 2008)

Publié le dimanche 26 octobre 2008.

Séance plénière des 23 et 24 octobre 2008.

Intervention de Naig Le Gars, elue du groupe UDB-Gauche alternative.


Monsieur le Président, chers collègues,

Que de temps perdu ! Que de temps perdu pour rendre opérationnel cet Etablissement Public Foncier Régional. Que de temps perdu surtout pour la Bretagne qui subit depuis des années une flambée des prix de l’immobilier et du prix du foncier, flambée génératrice d’exclusion et de ségrégation.

Nous ne comprenons pas, monsieur le Président, la lenteur du gouvernement dans ce dossier, pourtant primordial aussi bien d’un point de vue social qu’économique et écologique.

Nous comprenons d’autant moins bien que la Bretagne n’est pas la première région à demander un EPFR à l’Etat, mais que son projet peine à se concrétiser quand la Normandie, la Lorraine, le Nord-Pas-de-Calais ou la région Provence Alpes Côte d’Azur ont déjà le leur.

Il est inadmissible que ce dossier ait été bloqué par des raisons d’ordre politique ! Nous qui pensions naïvement que l’intérêt général devait primer sur l’intérêt particulier, ce dossier nous a amené à ouvrir les yeux et revoir notre jugement !

Il est indéniable et la crise économique vient de le confirmer, que le marché immobilier n’est absolument pas maîtrisé : la plupart des élus locaux n’ont fait, n’ont pu, qu’accompagner certaines dérives de l’urbanisation car les moyens d’actions sont réduits.

M. Le Président, nous n’allons pas prêcher un convaincu en rappelant que cet EPFR est nécessaire au maintien de la spécificité du territoire breton, mais également au bien vivre ensemble en Bretagne.

Aujourd’hui, trop de jeunes agriculteurs se retrouvent dans l’incapacité de garder la terre sollicitée pour l’urbanisation. Les urbains oublient trop souvent la solidarité avec la campagne et s’approprient le littoral au détriment des activités primaires comme le rappelle le géographe Yves Lebahy.

Parallèlement, la contestation populaire liée au problème foncier s’illustre parfaitement avec le collectif du « Peuple des Dunes » sur la côte de Bretagne sud.

L’Etablissement public foncier est un outil de solidarité et de cohésion sociale indispensable à l’ensemble de la Bretagne, il est complémentaire des autres outils de régulation de l’urbanisme.

Naïg Le Gars

Documents joints

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette