L’Etat nous abandonne, la région nous protège

Publié le vendredi 20 juin 2008.

Carte judiciaire, hôpitaux, "plan campus" pour les universités, aménagement du territoire, services publics de proximité, langue bretonne, autant de domaines dans lesquels la Bretagne est lésée...

La fermeture autoritaire et technocratique de l’hôpital de Karaez/Carhaix, l’exclusion de la Bretagne du "plan campus" qui prévoit la rénovation immobilière et la redynamisation de pôles universitaires, le mépris (de l’académie française) et l’interdiction de la reconnaissance constitutionnelle de l’existence des langues dîtes "régionales" sont les symptômes d’un pays malade, qui renie son discours universaliste, favorable à la diversité tant culturelle que territoriale.

Le centralisme, l’autoritarisme, la concentration des pouvoirs et des politiques, ont désormais pour effet de mettre le modèle Breton, la Bretagne, en danger.

La Bretagne, c’est une manière de "vivre ensemble", c’est un maillage territorial de villes moyennes qui assure l’équilibre et le bien vivre...

La liberté de choisir son destin est essentielle, c’est maintenant que se décide l’avenir de la Bretagne.

L’autonomie est la seule voie acceptable.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette